jeudi 31 décembre 2015

Bilan 2015 : 12 coups de coeurs


Bibliza


L'année 2015 se referme pour laisser 2016 écrire ses premiers chapitres. L'occasion de faire le point sur mes lectures de l'année.
Voici mes 12 coups de cœurs : des auteurs que je connaissais, d'autres que j'ai découverts. Des histoires sombres, d'autres lumineuses. Mais toujours des romans forts qui m'ont touchée.

Lesquels avez-vous lus ?
               Quels sont vos coups de cœurs ?
                                 Lesquels vous tentent pour 2016 ?

N'hésitez pas à vous abonner au blog ou à sa page Facebook pour suivre les dernières lectures, être avertis des opérations en cours (Swaps, ...), et surtout échanger sur les romans que nous lisons.
De plus, cela me permet à mon tour d'être plus crédible envers vous chers lecteurs ou maisons d'édition partenaires, et plus exigeante envers moi-même lors de l'écriture de mes chroniques.
Pour vous abonner, c'est ici.
La page Facebook,   :)




Merci, en tout cas, de m'avoir suivie !
J'aurai le plaisir, en 2016, de continuer ces chroniques littéraires, d'autant plus que je viens d'apprendre que j'ai été choisie pour être membre du Jury du Prix des Lecteurs du Livre de Poche 2016 ! Que de lectures et de découvertes en perspective !

Belle Année 2016 !
Qu'elle soit riche en délicieuses dégustations littéraires !





(Cliquez sur les vignettes pour accéder aux chroniques)




http://bibliza.blogspot.com/2015/08/kinderzimmer.html
Kinderzimmer
" Et pourtant, pas moins de 800 bébés sont nés et seuls 40 ont survécu à Ravensbrück, dont trois français. Valentine Goby raconte, imagine, avec beaucoup de témoignages, le destin de l'un d'eux, James. "
Boomerang
" C'est cela qui rend les personnages plus humains, ce ne sont pas des super héros qui combattent avec force et courage les non-dits, ce sont juste des hommes et des femmes qui apprennent à vivre avec. " 
http://bibliza.blogspot.fr/2015/10/boomerang.html


http://bibliza.blogspot.com/2015/04/churchill-ma-menti-caroline-grimm-ed.html
Churchill m’a menti
" On suit l’Occupation puis la Liberation grâce à eux, un peu à la manière du Cercle littéraire des amateurs des épluchures de patates.
Je n'ai pas été trompée par les thèmes alléchants, et j'ai passé un moment saisissant. L'Histoire peine parfois à nous cacher des choses, que les histoires savent délier... "

Peine perdue
" Olivier Adam a quitté le nord de la France, mais pas ses thèmes chers : réalité et misère sociales, absence, amertume, ... Cependant, ce nouveau roman est vraiment nouveau dans le sens où à travers ces 22 portraits, je dirais presque ces 22 nouvelles : l'histoire de cette tempête, de cette agression se coud en un douloureux patchwork. "

http://bibliza.blogspot.fr/2015/01/peine-perdue.html

http://bibliza.blogspot.com/2015/03/lechappee.html
L’échappée
" Madeleine finira tondue et humiliée, pour avoir aimé un pianiste allemand, nazi, à seize ans, alors qu'elle ne comprenait pas grand-chose à la guerre. Cette passion et cette humiliation la hantera toute sa vie, elle et sa fille d'ailleurs qui est troublée par ses origines secrètes. "

Alyah
" Elle se pose la question qui se murmure un peu partout autour d'elle : Dois-je partir et réaliser mon Alyah, c'est-à-dire monter en Israël ?
Un très beau roman, d'actualité malheureuse, à conseiller vivement. Il ne laisse pas indifférent ! "

http://bibliza.blogspot.com/2015/06/alyah.html

http://bibliza.blogspot.com/2015/03/adieu-vive-clarte.html


Adieu vive clarté
 " Il y a tellement de belles œuvres nées de cette période, en même temps cette période, par toutes ces facettes, est un berceau dramatique par excellence.
Je ne saurais que vous conseiller, si vous ne connaissez pas Semprun, de vous y essayer. A lire, c'est d'une beauté, d'une puissance, et en même temps, son langage coule naturellement. "

Malavita
" Mais les Giovanni (ou les Blake, comme vous voudrez) ont du mal à se faire discrets car ils ont un mode efficace et bien à eux de rendre leurs comptes ; et de l'autre côté les anciens amis du père sont prêts à tout pour leur faire la peau. mélangez le tout et cela donne un final explosif ! "


http://bibliza.blogspot.com/2015/04/malavita.html

http://bibliza.blogspot.fr/2015/10/la-nuit-de-bombay.html

La nuit de Bombay
 " Mais je crois que c'est surtout un besoin pour Michèle Fitoussi de faire le deuil de cette amitié interrompue trop tôt avec cette femme qu'elle connaissait, finalement peu. Elle répare ce que les terroristes lui ont volé et rend ainsi un bel hommage à l'image de Loumia: lumineux et discret. "


Daisy sisters
" J'ai vraiment aimé ce roman, je suis heureuse d'avoir enfin découvert Mankell. Il joue avec ses personnages et son lecteur (alors je me demande comment cela doit être dans ses polars !) sans mesquinerie mais avec tendresse. Le sujet même de la condition féminine et surtout, de son émancipation, est traité de manière admirable, si je puis oser me le permettre, par un homme. J'ai aimé retrouver ces femmes, Elna et Eivor, et me glisser dans leurs quotidiens. La fin du roman ouvre sur le milieu ouvrier, avec pertinence et tendresse. "



http://bibliza.blogspot.fr/2015/12/daisy-sisters.html

http://bibliza.blogspot.fr/2015/12/dans-la-peau-dune-djihadiste.html

Dans la peau d’une djihadiste
" Pire qu'un thriller, on suit la vie clandestine d'Anna, les dangers qui la menacent, son travail de journaliste, ...Une enquête palpitante au cœur des réseaux islamiques. "


Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles
" L'année 2015 a été lourdement marquée par une actualité difficile, cela fait du bien de prendre des bolée d'humanité. Cela donne envie d'acheter du beau papier à lettre, de ressortir son stylo plume, et d'écrire... Aujourd'hui tout va affreusement trop et très vite, c'est apaisant de prendre son temps, de coucher ses pensées, ses sentiments sur le papier.
Vraiment, ce livre met du baume au cœur, si vous ne l'avez pas lu, allez-y sans crainte ! "




http://bibliza.blogspot.fr/2015/12/petites-recettes-de-bonheur-pour-les.html

mercredi 30 décembre 2015

La balade des pas perdus

La balade des pas perdus Brooke Davis
La balade des pas perdus,
Brooke Davis,
Ed. Fleuve, 2015


Mot de l'éditeur :
À sept ans, Millie a déjà vu pas mal de Choses Mortes. La première, c'était Rambo, le chien. La vingt-neuvième, une mouche. Au numéro 28 de son Livre de Choses Mortes, Millie a écrit : " MON PAPA "... Voilà deux jours que la fillette, cachée dans un rayon de supermarché, attend que sa mère revienne la chercher. Ce ne sera pas sa mère mais Karl, dit " le Dactylo ", veuf en cavale depuis qu'il a fui sa maison de retraite. Et puis Agatha Pantha, la vieille voisine acariâtre qui a du poil au menton. Il faut bien l'avouer : ces trois perdus-là se sont trouvés. Pour rattraper la mère de Millie, il n'est pas un vol, un incendie, une poursuite en bus, une bagarre de bar qui arrêtera ce trio infernal, quitte à mettre une jolie pagaille dans tout l'outback australien. Et, au passage, ré-enchanter la vie. Parce que les pas perdus vont toujours quelque part...



Dealer : Bibliothèque de Saint-Pol-de-Léon



Ma lecture :
J'ai emprunté ce roman tout à fait par hasard, le même jour que Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles lorsque je voulais des livres plus légers.
Et puis, zut, quoi, un roman écrit par Brooke Davis a éveillé ma curiosité ! Oui, j'avoue, j'ai eu une jeunesse télévisuelle recherchée ;) (Hey, un marque-page à celui qui trouve en premier à quelle série je fais référence !)
Blague à part, j'ai eu du mal à rentrer dans le roman, écrit dans un style particulier avec des personnages dont on ne comprend pas vraiment la situation. Mais au fil des pages, on s'attache aux personnages et au style qui, de particulier passe à ingénieux. En effet, pensées et paroles sont écrites, souvent mélangées au texte, en italique, et finalement, c'est assez logique comme mise en page. Et quant aux personnages, l'auteur provoque la rencontre de Millie-7-ans et deux retraités bizarres et loufoques Karl-le-Dactylo et Agatha-Pantha. Les voilà partis dans une cavale drôle et touchante à travers l'Australie pour retrouver la mère de la petite. Trois personnages noircis par la vie qui vont reprendre des couleurs et peinturlurer le monde qui les entoure.
Un style particulier à la Barbara Constantine, et une belle histoire d'âmes perdues, de pas perdus.
Un beau premier roman !

mardi 29 décembre 2015

Il s'appelait Géronimo

Il s'appelait Géronimo Davodeau Joub
Il s'appelait Géronimo
Davodeau & Joub,
Ed. Vent d'Ouest, 2014


Mot de l'éditeur :
Dorénavant, son nom sera Manu...
Élevé en France dans une ferme coupée du monde, Geronimo est un jeune garçon un peu paumé qui rêve d aller aux États-Unis. Un jour, il prend son courage à deux mains et décide d embarquer illégalement à bord d un cargo. Persuadé de se rendre au fameux « pays des Indiens », il découvre qu il fait en réalité route vers... la Guyane. Là-bas, sans ressources, obligé de faire la manche pour survivre, il va lui falloir un sérieux coup de pouce du destin pour s'en sortir...
Joub et Étienne Davodeau nous content les chroniques d un personnage touchant, asocial sympathique à la recherche de son identité. Somptueusement dessiné en couleurs directes, l album sera en outre accompagné d un cahier supplémentaire composé des recherches graphiques et photos de repérage effectuées par les auteurs.


Dealer : Bibliothèque de Saint-Pol-de-Léon


Ma lecture :
J'ai lu les trois tomes initiaux en octobre dernier (ici) et en faisant ma chronique, je me suis rendue compte que les auteurs avaient réalisé une suite quelques années  plus tard ; la bibliothèque l'a rapidement commandé.
Cette suite avait un fort potentiel : nous retrouvions Géronimo, que nous avions quitté en partance pour l'Amérique, une dizaine d'années plus tard. Nous découvrons alors son périple, son retour à la vie civilisée et ses tourments autour de sa mère qu'il n'a jamais rencontrée. Un ouvrage d'une maigre centaine de pages qui bâcle certains sujets. J'aurais aimé passer plus de temps avec lui, mais son récit va trop vite. Les trois tomes nous avaient attachés au personnage, nous étions heureux de le retrouver, mais la lecture nous laisse un goût de "trop peu". C'est bien dommage car nous avions faim !

dimanche 20 décembre 2015

Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles



Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles,
Suzanne Hayes & Loretta Nyhan,
Ed. Belfond, 2014



Mot de l'éditeur :
Dans la lignée du Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates, un premier roman plein de légèreté, d'humour et de tendresse, le portrait de deux femmes attachantes, courageuses et solidaires, réunies par le hasard dans l'Amérique des années 1940.
Depuis que son mari a été appelé à rejoindre les forces alliées pour combattre en Europe, Glory Whitehall s'ennuie. Enceinte, seule avec son fils de deux ans dans sa grande demeure du Massachusetts, la pétillante jeune femme cherche une amie à qui parler.
À des centaines de kilomètres de là, en Iowa, Rita Vincenzo s'interroge : comment joindre les deux bouts dans un pays rationné ? Comment réconforter la douce Roylene, la fiancée de son fils parti pour le front ? Et, surtout, avec qui partager les angoisses et les joies du quotidien ?
Puis un jour, Rita reçoit une lettre d'une inconnue nommée Glory, comme elle épouse de soldat.
Recettes pour lutter contre la morosité, conseils de jardinage, échange de confidences, de potins de voisinage et de secrets plus intimes... Unies par un inébranlable optimisme, Glory et Rita vont partager une intense complicité épistolaire. Et découvrir que, même dans les temps les plus difficiles, le bonheur trouve toujours un chemin. 



Dealer : Bibliothèque de Saint-Pol-de-Léon





Ma lecture :
J'ai lu, ces derniers temps, des livres relativement durs. J'avais besoin d'une lecture qui mette du baume au cœur. Et je suis tombée, par hasard, sur ces Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles. La couverture et le titre à rallonge fait largement penser au Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates (lu en 2009 : ici).
Voici donc un roman épistolaire qui met en scène deux femmes américaines qui, nous sommes dans les années 1943, attendent leurs maris partis faire la guerre en Europe. Elles ne ne connaissent pas, se sont choisis par hasard et presque à reculons dans une liste de correspondantes potentielles. Mais ces deux femmes, unies dans leur destin d'épouses de soldats vont se découvrir, s'apprécier et devenir l'une pour l'autre importante, un phare dans ce monde plein de turbulences. Leur quotidien, grâce à chacune, va devenir plus léger.
Voilà une belle histoire d'amitié, de petits riens, de débrouillardise, de femmes !
Dès mon début de lecture, j'ai eu envie de continuer le livre, d'aller au-delà des destins de Rita et Glory en organisant un Swap de petites recettes de bonheur et de livre pour les temps difficiles tant j'ai trouvé l'histoire belle, surtout après mes lectures difficiles. L'année 2015 a été lourdement marquée par une actualité difficile, cela fait du bien de prendre des bolée d'humanité. Cela donne envie d'acheter du beau papier à lettre, de ressortir son stylo plume, et d'écrire... Aujourd'hui tout va affreusement trop et très vite, c'est apaisant de prendre son temps, de coucher ses pensées, ses sentiments sur le papier.
Vraiment, ce livre met du baume au cœur, si vous ne l'avez pas lu, allez-y sans crainte !
Encore un livre apaisant à offrir à Noël :)
(Dépêchez-vous, il ne reste plus que quelques jours, j'espère que Le Père Noël lira ce bulletin à temps !)

mardi 15 décembre 2015

Mon Ballon

Chic, c'est mercredi !



Mon Ballon RamosMon Ballon,
Mario Ramos,
Ed. L’École des loisirs, 2012


Mot de l'éditeur :
" Le Petit Chaperon rouge est très fier. Sa maman lui a offert un joli ballon rouge.
«Va le montrer à Grand-mère, elle sera très heureuse de te voir, et tu lui diras bonjour de ma part.»
La petite fille s'enfonce dans la forêt et commence à chanter joyeusement
«Promenons-nous dans les bois...

Ah !
Qui se promène aussi par là ?
Un renard ?
Un autobus ?
Une locomotive ? "




Notre lecture :
Découvert au Salon du Livre Jeunesse de Saint-Martin-des-Champs (29), cet album de Ramos invite Chaperon Rouge, Rhinocéros, Crocodile et autres animaux à se promener dans la forêt jusqu'au moment où la fillette rencontre le Loup.
Comme beaucoup d'albums de Ramos, la lecture est agréable pour l'adulte, interactive pour l'enfant, et conteur et contés passent un moment magique ! Les petits qui ne maitrisent pas encore le langage participent quand même, les plus grands terminent les phrases, bref, tout le monde rit et sursaute !
Mon Ballon, un album qui a sa place sous le sapin cette année !



 Salon du Livre Jeunesse de Saint-Martin-des-Champs (29) Mon Ballon Ramos



Lecture
au Salon du Livre Jeunesse
de Saint-Martin-des-Champs (29)

lundi 14 décembre 2015

Dans la peau d'une djihadiste



Dans la peau d'une djihadiste,
Anna Erelle,
Ed. Laffont, 2015


Mot de l'éditeur :
Convertie à l'islam, Mélodie rencontre sur les réseaux sociaux le chef français d'une brigade islamique. Amoureux d'elle au point de la demander en mariage, il l'appelle jour et nuit et l'exhorte à rallier son combat en Syrie. De "chat" Facebook en conversations Skype, la jeune femme se laisse tenter et prépare secrètement son départ.
Derrière le profil de "Mélodie" se cache en fait la reporter Anna Erelle, spécialiste de la propagande numérique, l'une des armes les plus redoutables de l'Etat islamique. Pendant un mois, elle s'est immiscée dans la peau de l'une de ces jeunes Européennes qui, chaque semaine, sont plus nombreuses à se laisser embrigader par le "djihad 2.0".
Une enquête loin d'être sans risque, car duper un terroriste a un prix...


"Aussi éclairant que dérangeant, son livre est un exercice de schizophrénie maîtrisée." LIRE
"De sa vie de clandestine pendant un an, la reporter a fait un livre, qui raconte tout dans les moindres détails. Il se lit comme un thriller." PARIS MATCH



Ma lecture :
Publiée en 2015, cette enquête aura eu, cette année, de sinistres échos... Et c'est d'ailleurs pour ces échos que j'ai tenu à le lire. Anna Erelle, grand reporter, crée un personnage, une jeune femme française, fragile, convertie à l'Islam, Mélodie. Plusieurs fois par jour, elle endosse le niqab et devient, de façon troublante, cette Mélodie. Par le biais des réseaux sociaux (Facebook et Skype), elle rencontre virtuellement Bilel, Français de Syrie, très haut placé dans la hiérarchie de l'Etat Islamique. Mélodie apprend à la connaître, et il lui promet vite le mariage et lui implore de la rejoindre en Syrie faire son djihad et vivre sa nouvelle vie de femme d'Emir. Mélodie n'existe pas, elle est jouée par Anna. Mais le jeu devient vite dangereux...
Pire qu'un thriller, on suit la vie clandestine d'Anna, les dangers qui la menacent, son travail de journaliste, ...Une enquête palpitante au cœur des réseaux islamiques.

jeudi 10 décembre 2015

Daisy Sisters






Daisy Sisters,
Henning Mankell,
Ed. Seuil, 2015 (Suède : 1982)


Mot de l'éditeur :
Eté 1941, en Suède. Deux amies, Elna et Vivi, dix-sept ans, de condition modeste, s'offrent une escapade à bicyclette à travers la Suède en longeant la frontière de la Norvège occupée par les nazis. L'aventure, d'abord idyllique - l'été de toutes les joies, de tous les espoirs -, est de courte durée : Elna, violée, revient chez elle enceinte d'une petite fille qu'elle appellera Eivor. 1960. Eivor, dix-huit ans, en révolte contre sa mère, veut devenir une femme libre. Elle s'enfuit du village avec un jeune délinquant. Que lui réserve l'avenir ? Réalisera-t-elle son rêve d'indépendance et de liberté, et à quel prix ? En s'attachant aux destins d'une mère et de sa fille entre 1941 et 1981 en Suède, Mankell brosse le portrait de ces générations de femmes (épouses, mères, ouvrières) qui ont dû lutter avec leurs propres désirs et renoncements pour exister et se faire une place au coeur d'une société où s'élaborait le modèle suédois. Daisy Sisters, premier roman de Henning Mankell, renferme déjà les idéaux sociaux et politiques qui sous-tendent l'ensemble de son œuvre.


Dealer : Bibliothèque de Sibiril


Ma lecture :
Cela fait quelques années qu'on me conseille de lire le suédois Mankell, mais je n'ai franchi le cap. Il aura fallu sa mort (en Octobre dernier), une couverture évoquant les années 40, et un résumé racontant la guerre pour que je m'essaie à cet auteur. Il est surtout connu pour ses polars, mais il a écrit quelques bons romans, dont celui-ci et Les chaussures italiennes.
On suit donc une femme, Elna, dix-sept ans pendant la guerre 39-45 en Suède. Partie une semaine en vacances avec son amie Vivi, elle rencontre un homme qui abuse d'elle. Elle se retrouve enceinte d'une petite fille, Eivor. Son entrée dans la vie d'adulte est alors semée d'embûches. Puis on suit Eivor, qui veut absolument éviter la même vie triste et difficile de sa mère. Bref, Mankell nous livre un fabuleux portrait de femmes dans une Suède en pleine mutation sociale.
J'ai vraiment aimé ce roman, je suis heureuse d'avoir enfin découvert Mankell. Il joue avec ses personnages et son lecteur (alors je me demande comment cela doit être dans ses polars !) sans mesquinerie mais avec tendresse. Le sujet même de la condition féminine et surtout, de son émancipation, est traité de manière admirable, si je puis oser me le permettre, par un homme. J'ai aimé retrouver ces femmes, Elna et Eivor, et me glisser dans leurs quotidiens. La fin du roman ouvre sur le milieu ouvrier, avec pertinence et tendresse.
Un beau roman, à (s')offrir pour Noël, tiens !

jeudi 3 décembre 2015

3 albums jeunesse à (s') offrir pour Noël

Bonjour à tous,


L'Avent commence tout juste et il vous reste quelques cadeaux à acheter pour vos enfants, neveux, nièces, filleuls, petits-enfants, ... ? Pas de panique, voici trois albums cultes à la maison que je conseille. Leur prix ? 5€ chaque, soit, le prix d'un T'choupi :)


Cornebidouille, de Bertrand et Bonniol

Quand il était petit, Pierre ne voulait pas manger sa soupe. «Tu sais ce qui arrive aux petits garçons qui ne veulent pas manger leur soupe?» lui disait son père, «Eh bien, à minuit, la sorcière Cornebidouille vient les voir dans leur chambre, et elle leur fait tellement peur que le lendemain, non seulement ils mangent leur soupe, mais ils avalent la soupière avec.» Pierre s'en fichait. Il ne croyait pas aux sorcières. Mais il faut admettre que son père avait raison sur un point: une nuit, à minuit, dans la chambre de Pierre, la porte de l'armoire s'entrouvrit avec un grincement terrible et Cornebidouille fit son apparition. Allait-elle parvenir à faire peur à Pierre ? Ca, c'était beaucoup moins sûr.


La chasse à l'ours, de Michaël Rosen

Qui a déjà été à une chasse à l'ours ? Aujourd'hui, c'est une famille de quatre enfants avec leur père qui part à l'aventure. Ils parcourent d'abord une prairie, "Froufrou friselis !", puis franchissent une rivière, "Splash ! Sploush !", traversent une forêt "trébuche bronche !" Et finalement, arrivent sur une grotte sombre et étroite "Tiptap ! Tiptap !". Qui sait ? L'ours est peut-être là... 

Loup, loup y es-tu ? de Mario Ramos

Promenons-nous dans les bois, tant que le loup n'y est pas. Loup, loup, y es-tu ? Loup, loup, que fais-tu ?



Ces trois albums sont des régals ! La lecture devient alors un moment privilégié avec l'enfant car l'adulte prend plaisir à lire un texte bien écrit, et l'enfant assimile très vite le texte et attend chaque page avec une véritable gourmandise. Mon préféré est l'album de Ramos, quand je le sors, les enfants me tannent pour le raconter plusieurs fois de suite, c'est magique !

mercredi 2 décembre 2015

Il était une fois deux oies dans une maison en feu

Chic, c'est mercredi !



Il était une fois deux oies dans une maison en feu BadelIl était une fois deux oies dans une maison en feu,
Balstscheit, Badel, Friot
Ed. P'tit Glénat, 2009



Mot de l'éditeur :
Pas si bêtes, les oies ? Malheureusement pas !Un conte animalier tordant et mordant à souhait. Il était une fois Anna et Emma, deux oies bêtes comme pas deux qui vivaient sous le même toit. La vie était belle ! Elles se cuisinaient des oeufs au plat. Quand soudain leur maison de paille s’embrasa. Vite ! Au secours ! Quelqu’un ! Mais qui ? Car il y a de nombreux animaux capables d’éteindre un feu ! Mais foi d’oie, c’est parfois très difficile de faire un choix ! Car en effet nos deux oies ne font confiance à personne alors qu’elles sont en péril : ni à l’éléphant – qu’elles trouvent trop lourdaud – ni au taureau – trop fiérot – ni encore au renard – bien trop filou... et la liste est longue ! Et les flammes grandissent pendant ce temps-là ! Avec Anna et Emma, les deux oies les plus bêtes qui soient, bienvenue dans un petit conte animalier qui aiguillera les enfants, avec un humour ravageur, sur la sagesse, l’humilité et la nécessité de savoir accepter l’aide d’autrui.


Dealer : Salon du Livre Jeunesse de Saint-Martin-des-Champs (28&29 Novembre 2015)


Notre lecture :
Nous avons découvert cet album lors du Salon du Livre Jeunesse de Saint-Martin-des-Champs (29) et l'avons pris un peu par hasard, histoire de ramener quelques albums dédicacés à la maison. Nous l'avons donc lu ce soir au coucher, c'est plutôt pas mal ! Deux oies dans leur maison en feu qui cancanent, radotent et bavardent au sujet de tous les animaux susceptibles de venir les aider. Mais, très fières, elles ne trouvent personne à leur hauteur...


Salon du Livre Jeunesse de Saint-Martin-des-Champ Badel
Petit souvenir du Salon : l'album dédicacé :)

mardi 1 décembre 2015

Un Noël musical

  Lu en partenariat avec les Editions Usborne. Novembre 2015



 Un Noël musical,
Taplin, Allen, Luraschi
Ed. Usborne, 2010








Mot de l'éditeur :
De magnifiques illustrations aux couleurs vibrantes, et qui brillent, pour ce nouveau Sons et images sur le thème de Noël. Cinq scènes de Noël : on va chercher le sapin, puis on le décore... jusqu'au réveil le jour de Noël. Au fil des pages, les enfants peuvent appuyer sur un bouton à droite pour entendre des airs de Noël traditionnels. Un superbe album cadeau. 


Ma lecture, la lecture de Lohan, 3 ans :
Les Editions Usborne nous ont récemment envoyé quelques albums à découvrir avec les enfants.
En ce premier jour de l'Avent, voici un beau livre sonore sur Noël. A chaque double page, une belle scène de cette grande fête, accompagnée d'un air traditionnel. Concernant ces airs traditionnels justement, j'ai vite mis un morceau de scotch pour atténuer le son (le problème du volume étant remédié, je note que les mélodies sont jolies et presque agréables pour un jouet ^^).
Usborne brille encore par ses illustrations simples, colorées comme il faut, pailletées pour les circonstances. Ce n'est pas un album à raconter, mais à admirer avec l'enfant et discuter autour de Noël (et d'une tasse de chocolat chaud !).
Un très bel album qui ressortira en décembre chaque année ! Je le recommande vivement !

Petite photo de manipulation :

Bibliza Noël


lundi 30 novembre 2015

Le piège Daech : L'Etat islamique ou le retour de l'Histoire

Le piège Daech : L'Etat islamique ou le retour de l'Histoire, Luizard
Le piège Daech : L'Etat islamique ou le retour de l'Histoire,
Jean-Pierre Luizard,
Ed. La découverte, 2015


Mot de l'éditeur :
Le groupe État islamique, inconnu il y a encore quelques mois, a fait une entrée fracassante et sanguinaire dans l'actualité internationale. Profitant des crises en chaîne qui secouent l'Irak et la Syrie, " Daech " a pris le contrôle d'une vaste région et dispose aujourd'hui de gigantesques ressources financières. Sa volonté de construire un État le distingue nettement d'Al-Qaïda. Rompant avec nombre de commentaires à chaud, l'historien Pierre-Jean Luizard, grand spécialiste de la région, essaie de comprendre les succès de l'État islamique, dans le contexte de déliquescence des États de la région, notamment l'Irak et la Syrie. Il met au jour des logiques moins visibles, locales autant que mondiales, sociales autant que religieuses, dont les racines remontent au début du siècle dernier, à l'époque où l'Europe dessinait les frontières actuelles du Moyen-Orient. Dans cet essai qui fait dialoguer l'actualité immédiate et la grande Histoire, l'auteur explique pourquoi nous sommes aujourd'hui tombés dans le "piège Daech ".


Dealer : Bibliothèque de Saint-Pol-de-Léon


Ma lecture :
Suite aux attentats du 13 Novembre dernier, j'ai eu envie d'en savoir plus sur l'Etat islamique. On a tous été choqués, émus, certains ont perdu des proches, je crois qu'il est important de comprendre comment on en est arrivés là.
Je me suis procuré trois ouvrages : celui-ci (Le Piège Daech) ; Dans la peau d'une djihadiste de Erelle ; L'Attentat de Khadra. J'ai réservé les deux premiers à la bibliothèque, car au moment des attentats,  ils étaient empruntés : les lecteurs concernés ont dû être sous le choc de lire ces ouvrages et de voir les images en direct, c'est très troublant. Bref.
J'ai commencé par cet essai de Jean-Pierre Luizard (écriture achevée à l'aube des attentats de Charlie Hebdo), premier essai de géo-politique que je lis de ma vie je crois. Et l'expérience a été difficile, car je le reconnais, je n'ai aucune culture en géo-politique. Ceci dit, j'ai voulu lire ce livre pour y remédier. L'auteur est bien documenté et maîtrise bien son sujet, son style est pédagogue, objectif. J'ai appris pas mal de choses, même si mes lacunes ont quand même peiné ma lecture et ma compréhension plus précise. Ce que j'ai retenu, c'est que l'Histoire occidentale (14-18 ; 39-45 ; ...) n'a cessé de couper et redécouper plus ou moins arbitrairement ces régions du Moyen-Orient et que les notions d'état, de nation n'ont jamais pu clairement s'exprimer. Et sur cette base meurtrie et souvent humiliée par l'Occident, certains groupes, dont Etat Islamique, ont facilement pu faire main mise sur des populations. Comment est né Daech ? Voilà le sujet de cet essai.
Essai que je juge important de lire pour comprendre, un temps soit peu, le monde avec lequel nous devons dorénavant composer.

mardi 24 novembre 2015

Sous la mer

  Lu en partenariat avec les Editions Usborne. Novembre 2015


Avec mon doigt...mon imagier animé : Sous la mer,
Thompson, Baggott, Stahl
Ed. Usborne, 2015


Mot de l'éditeur :
Ce charmant imagier interactif aux illustrations vivement colorées a été spécialement conçu pour les tout-petits. Les jeunes enfants ne résisteront pas au plaisir de suivre les découpes avec le doigt et d'actionner les tirettes pour voir apparaître les merveilles du monde sous-marin. La collection à succès Avec mon doigt... s'agrandit avec une nouvelle série d'imagiers animés qui séduiront les tout-petits. Les tout-petits adoreront faire apparaître de nouvelles images en actionnant les tirettes. 


Ma lecture, la lecture de Lohan, 3 ans :
Les Editions Usborne nous ont récemment envoyé quelques albums à découvrir avec les enfants.
Visuellement, cet album est encore une fois très beau. Contrairement au précédent sur la jungle où je demeurais sceptique sur son utilisation, ici je suis plus enthousiaste. Il est beaucoup plus solide, donc manipulable par l'enfant tout seul dès 1 an, ou même, dès qu'il tient solidement assis. Le texte n'a pas d'importance ici, ce qui prime est la découverte de l'objet livre et des illustrations. Il est destiné, grâce à sa robustesse, à des enfants plus jeunes que le pop-up sur la jungle, ce qui justifie mon avis plus inspiré !

Voici quelques photos :

Bibliza sous la mer

lundi 23 novembre 2015

Le sort en est jeté


Lu en partenariat avec Babelio et Flammarion. Nov. 2015





Le sort en est jeté,
Dermot Bolger,
Ed. Flammarion, 2015

[Ado]

Mot de l'éditeur :
Joey est un jeune homme que la vie a rendu fragile et influençable. Dans son nouveau lycée, il rencontre Shane qui, dès le début, a une emprise malsaine sur lui : trop de morts mystérieuses, des mensonges, une âme en perdition... Joey saura-t-il s'en détacher avant de sombrer à son tour dans le jeu du diable ? 


Ma lecture :
Les éditions Flammarion, par le biais de Babelio, m'ont envoyé ce roman afin de le lire et d'en écrire une critique. J'étais un peu perplexe face à ce roman pour ado (dès 13 ans).
Mais à la lecture, je suis tout de suite tombée dedans. Les personnages sont attachants et l'histoire ensorcelante. L'auteur irlandais, Dermot Blogger, nous emmène au plus profond des âmes, dans le basfond des âmes, plutôt. Il y est question d'amitié, d'amour, d'immortalité et d'adolescence. Il se pourrait même que certaines âmes joueuses viennent errer à Blackrock et rengorgent beaucoup de secrets...
Joey, nouveau venu dans le lycée, est tourmenté par la mort de son père et sa carrière de musicien avortée. Lui aussi joue de la guitare, comme lui, bien qu'il n'ai jamais entendu sa musique. Il se lit vite d'amitié avec Shane, adolescent lui aussi fragile puisqu'il a perdu ses parents dans un incendie. Et autour de cette amitié, il y a Aisling dont on ne peut que tomber amoureux.
Mais Blackrock est un lieu spécial où il peut être dangereux de remuer le passé. Joey ne va-t-il pas y perdre son âme lui aussi ?
A conseiller :)

samedi 21 novembre 2015

La chenille qui fait des trous

Bibliza la chenille qui fait des trous
La chenille qui fait des trous,
Eric Carle,
Ed. Mijade, 1969


Mot de l'éditeur :
Pour se nourrir, la petite chenille fait des trous dans les fruits qu'elle dévore. Jusqu'à ce qu'elle se transforme en un magnifique papillon. A priori banale, l'histoire est joliment racontée et surtout magnifiquement illustrée par un heureux mélange de collages et de peintures. Le livre a été traduit en plusieurs langues, et récompensé plusieurs fois. Succès garanti auprès des tout-petits (dès 2 ans) qui adorent les petits trous percés dans les pages du livre.


Ma lecture, et celle des enfants :
Cette petite chenille se régale de pommes, de poires, de fraises ou saucisse en y laissant de petits trous. Et parents et enfants se régalent aussi ! Dès 2 ans, l'enfant peut manipuler l'album poursuivre le parcours troué de cette bonne vieille chenille !


Bibliza la chenille qui fait des trous

vendredi 20 novembre 2015

Le maître du Haut Château

Le maître du Haut Château
Le maître du Haut Château,
Philip K. Dick,
Ed. Club du livre d'anticipation, 1970
(J'ai lu, 1974)


Mot de l'éditeur :
1948, fin de la Seconde Guerre mondiale et capitulation des Alliés. Vingt ans plus tard. dans les Etats-Pacifiques d'Amérique sous domination nippone, la vie a repris son cours. L'occupant a apporté avec lui sa philosophie et son art de vivre. A San Francisco, le Yi King, ou Livre des mutations, est devenu un guide spirituel pour de nombreux Américains, tel Robert Childan, ce petit négociant en objets de collection made in USA. Certains Japonais, comme M Tagomi, dénichent chez lui d'authentiques merveilles. D'ailleurs, que pourrait-il offrir à M Baynes, venu spécialement de Suède pour conclure un contrat commercial avec lui ? Seul le Yi King le sait. Tandis qu'un autre livre, qu'on s'échange sous le manteau, fait également beaucoup parler de lui : Le poids de la sauterelle raconte un monde où les Alliés. en 1945, auraient gagné la Seconde Guerre mondiale... 


Dealer : Bibliothèque de Saint-Pol-de-Léon


Ma lecture :
Je ne suis pas du tout une adepte de SF.
Mais en ce moment, je regarde une série anglaise, Misfits, et pendant un épisode (Saison 3, Ep. 4), se trame une uchronie. Alors oui, me suis-je demandé : Uchronie ?


_______________
Donc, Uchronie :
Dans la fiction, l’uchronie est un genre qui repose sur le principe de la réécriture de l’Histoire à partir de la modification d’un événement du passé. « Uchronie » est un néologisme du XIXe siècle fondé sur le modèle d’utopie, avec un « u » négatif et « chronos » (temps) : étymologiquement, le mot désigne donc un « non-temps », un temps qui n’existe pas. On utilise également l’anglicisme « histoire alternative »1 (alternate history). L'histoire contrefactuelle et l'uchronie se distinguent par la prééminence donnée soit à l'événement déclencheur (histoire contrefactuelle), soit à ses suites fictives (uchronie). Lorsqu’elle est associée à des moyens techniques qui permettent de remonter dans le temps et donc de modifier le passé, l’uchronie est directement associée au genre de la science-fiction.
 ______________


Revenons à ma série, Misfits, où dans un épisode, un détail de l'histoire a été modifié : Hitler et les nazis n'ont pas perdu la guerre mais ont réussi à dominer l'Europe.
Férue du thème de la Seconde Guerre Mondiale, j'ai tout de suite eu envie de lire un roman sur ce sujet, et me voilà très vite face à face avec un nouveau mot, cette uchronie donc, puis mon premier livre de Philip K. Dick entre les mains. Oui parce que, l'uchronie, c'est un peu le joujou de Philip K. Dick ! ;)
Je trouvais intéressant de me plonger dans un roman, dans un monde totalement différent du nôtre où les forces de l'Axe auraient finalement vaincu les Alliés, et j'ai abordé cette lecture en ce sens.
Cependant, le thème essentiel du roman n'est pas tant cette uchronie, mais plutôt les différents degrés de réalité, de vérité du monde. L'uchronie n'est que le contexte historico-géographique : les Etats-Unis ont été divisés entre les deux grands vainqueurs : le Japon et le Reich.
Mais, voilà, le roman n'en parle pas vraiment. Donc, oui, je suis déçue de mon sujet de lecture.

Mais j'ai découvert un vrai livre de SF, et bien que je ne sois pas du tout une lectrice initiée, je ne me suis pas ennuyée, au contraire, l'histoire fait réfléchir le lecteur sur son monde, sur soi-même, ... J'ai bien aimé suivre Robert Childan, le petit brocanteur qui collectionne et vend des objets appartenant au passé US d'avant-guerre (objets de la vie quotidienne, art, ...) dont les Japonais (envahisseurs, donc) raffolent. Il se met en quatre pour satisfaire ses clients. Et ces Japonais décorent leurs lieux de vie avec ces objets du passé, d'une époque qu'ils n'ont pas connue. Là commencent les réflexions sur la réalité, la vérité, ... Certains passages étaient un peu plus abruptes mais n'étaient pas trop longs.
J'avais beaucoup d'appréhension avant de le lire, je suis quelques jours à la regarder, mais il n'avait pas l'air de mordre. Opération réussie, mais je vais attendre avant de lire à nouveau de la SF.
Mon avis reste mitigée car j'ai été, comme beaucoup de lecteurs (non-initiés je pense) quelque peu trompée par le résumé. Je suis cependant contente d'en être venue à bout ! :)

mardi 17 novembre 2015

Tu mourras moins bête

Bibliza Tu mourras moins bête Dr Moustache
Tu mourras moins bête,
Marion Montaigne,
Ed. Ankama, 2011


Mot de l'éditeur :
Tu mourras moins bête est un blog de vulgarisation scientifique en bande dessinée. Son auteure, Marion Montaigne, y aborde la science sous un angle humoristique, mais toujours dans un souci d'exactitude scientifique et une certaine pédagogie. Le premier tome de la bande dessinée : La science, c'est pas du cinéma ! pointe de manière comique les aberrations scientifiques qui parsèment les films d'action et de science-fiction (Chérie, j'ai rétréci les gosses, Volte/Face, Indiana Jones...) ou encore les séries TV comme Les Experts.
Chaque article commence par une carte postale dans laquelle un lecteur (virtuel) pose une question existentielle : "Quand y aura-t-il des ascenseurs pour l'espace ?", "Quand est-ce qu'on pourra acheter des sabres laser sur eBay ?", "C'est quoi l'apoptose ?". Une petite prof à moustache y répond avec un humour décalé et farfelu. Le but à la fin de l'article : avoir un peu appris et beaucoup ri !



Dealer : Bibliothèque de Saint-Pol-de-Léon, encore la table de nouveautés BD pertinentes !
Les passagers du livre, Landerneau  &  Livres in Room, Saint-Pol-de-Léon


Ma lecture :
Quel régal, cette BD !
Bon, c'est vrai, j'ai eu du mal à me faire aux dessins car je ne suis pas ultra spécialiste en BD. Mais qu'est-ce-que c'est drôle ! Docteur Moustache décortique, analyse, explique des situations médicales et scientifiques. Dans ce premier tome, il casse beaucoup de choses qu'on voit au cinéma et qui ne peuvent pas arriver dans le réel. On apprend vraiment des choses, sans s'en rendre compte. J'ai lu les 4 tomes disponibles avec un plaisir tout à fait scientifique, bien entendu ;)
Pour conclure, j'oserai dire qu' à lire des conneries, nous voilà moins cons !

vendredi 13 novembre 2015

Cornebidouille

Cornebidouille,
Bertrand & Bonniol,
Ed. L'école des loisirs, 2003


Mot de l'éditeur :
Quand il était petit, Pierre ne voulait pas manger sa soupe. «Tu sais ce qui arrive aux petits garçons qui ne veulent pas manger leur soupe?» lui disait son père, «Eh bien, à minuit, la sorcière Cornebidouille vient les voir dans leur chambre, et elle leur fait tellement peur que le lendemain, non seulement ils mangent leur soupe, mais ils avalent la soupière avec.» Pierre s'en fichait. Il ne croyait pas aux sorcières. Mais il faut admettre que son père avait raison sur un point: une nuit, à minuit, dans la chambre de Pierre, la porte de l'armoire s'entrouvrit avec un grincement terrible et Cornebidouille fit son apparition. Allait-elle parvenir à faire peur à Pierre ? Ca, c'était beaucoup moins sûr.

Halloween
Dealer : Livres in Room, Saint-Pol-de-Léon : Lecture du conte pour Halloween


Ma lecture, et celle des enfants :
Je ne connaissais pas cet album, pourtant c'est déjà un classique.
Quel régal d'une part de l'écouter, puis de le conter à mon tour aux enfants, et, troisième tour, de le conter avec les enfants ! De la pure magie !
Quant à l'histoire ? Oh, c'est juste celle d'un petit garçon qui se montre plus rusé que la sorcière Cornebidouille qui sent le camembert... Comment ?
Bref, voilà encore un album à 5€ qui est de très grande qualité !

jeudi 12 novembre 2015

Mon livre pop-up : la jungle

 Lu en partenariat avec les Editions Usborne. Novembre 2015


Mon livre pop-up : la jungle
Watt, Harrison, Psacharopulo
Ed. Usborne, 2015



Mot de l'éditeur :

 Un beau voyage à la découverte de la jungle et de ses animaux, animé par de belles illustrations en 3D vivement colorées. 



Ma lecture, la lecture de Lohan, 3 ans :
Les Editions Usborne nous ont récemment envoyé quelques albums à découvrir avec les enfants.
Visuellement, c'est un très bel album avec les animaux qui s'animent en relief à chaque page. Le bémol c'est que le texte est quasiment inexistant et ne sert pas ces belles animations, comme le fait la version pop-up de La grenouille qui avait une grande bouche, par exemple. Du coup son utilisation n'a pas vraiment de sens et en devient difficile car il reste assez fragile pour le laisser en accès libre aux enfants ; et pour l'adulte, le raconter est vraiment sommaire.
Donc, je suis navrée, mais je ne conseillerai pas forcément cet ouvrage, qui, visuellement, je me répète, a beaucoup d'atouts ! Les Editions Usborne d'ailleurs, en général, ont de belles illustrations ;)

En parlant d'illustrations, voici quelques photos :

Bibliza la jungle pop-up

 

mercredi 11 novembre 2015

Anne F.

Anne FAnne F.
Hafid Aggoune,
Ed. Plon, 2015


Mot de l'éditeur :
Après un attentat commis par l'un de ses élèves, qui réveille les plus sombres heures de la vieille Europe, un professeur est au bord de l'effondrement. Rongé par la culpabilité, décidé à en finir, il redécouvre un soir le Journald'Anne Frank ; bouleversé par son actualité et sa vivacité, il se met à écrire à sa " petite sœur juive " disparue à quinze ans à Bergen-Belsen. Entre ses lignes, la jeune fille vive et courageuse renaît, avec son désir d'écrire, sa volonté de devenir une femme indépendante et forte, et sa vision d'un monde meilleur. A travers cette invocation qui renouvelle notre regard sur ce symbole universel d'espoir qu'incarne Anne Frank, ce roman poignant interroge notre présent, invite à la réflexion et ravive le courage de résister.


Dealer : Dialogues, Brest


Ma lecture :
J'ai cet éternel visage souriant sur les tables d'une librairie, je n'y ai pas résisté. Son sourire est décidément envoutant...
Ce n'est pas une énième biographie, Hafid Aggoune, professeur de Français, fait lire le journal d'Anne Frank à ses classes. Un jour, un élève, issu de l'immigration qui avait réussi à l'école, sombre et, en plein cours, brûle les coins du livre. Il le sort alors expressément de la classe et lui interdis désormais l'accès. Quelques temps plus tard, un attentat meurtrier est perpétré lors du marathon de Paris. Son propre père, marathonien, en ressort blessé. L'auteur de l'attentat est son ancien élève, celui qu'il avait renvoyé de sa classe. Il se sent responsable, coupable de l'avoir ainsi laissé en proie facile à des organisations terroristes. Le narrateur est au bord du suicide tant ses tourments le rongent.
Il repense alors à Anne Franck, et un soir où il veut en finir, relit son journal et lui écrit, à cette éternelle adolescente qui avait toute une belle vie à vivre, et lui confie ses doutes, ses peurs sur le monde actuel. Il met alors deux époques, deux situations en parallèle. Il redonne vie à Anne Frank.
Et surtout, Hafid Aggoune lui écrit merveilleusement bien, on ressent son émotion torturée, et cette émotion rend son écriture poétique. Il mène une réflexion sur lui-même qui nous invite à regarder le monde et nous-même avec un nouveau regard incarné d'espoir, celui d'Anne Frank.
Bref, vous l'aurez compris, Anne F. est absolument fabuleux et transcendant ! Une pépite !

mardi 10 novembre 2015

Coucou : Le château fort


 Lu en partenariat avec les Editions Usborne. Novembre 2015




chateau fortCoucou : Le château fort,
Milbourne, Wood, Sala
Ed. Usborne, 2015


Mot de l'éditeur :
Un livre informatif et ludique conçu pour les jeunes enfants, avec des rabats à soulever, des trous pour regarder à travers, des informations succinctes et de charmantes illustrations. Une façon stimulante et interactive de découvrir la vie dans un château. Une charmante introduction à la vie au Moyen Âge, que les enfants aimeront découvrir avec leurs parents. 


Ma lecture, la lecture de Lohan, 3 ans :
Les Editions Usborne nous ont récemment envoyé quelques albums à découvrir avec les enfants. Nous avons commencé par Le château fort car il tombe parfaitement dans le thème de classe de l'année de Lohan. C'est un premier documentaire bien fait, avec des jeux de cache-cache pour découvrir des détails de vie médiévale. Il aime bien jouer avec, et du haut de ses presque-3 ans, il le manipule avec assez de soin pour ne pas le déchirer. Niveau solidité donc, il tient la route !
C'est un bel ouvrage à offrir à Noël, par exemple !

Voici quelques photos de la manipulation (car ici, on a pris le test au sérieux !) :

Bibliza chateau fort

lundi 9 novembre 2015

Les amygdales

Lu en partenariat avec Les éditions de L'Olivier. Novembre 2015


Les amygdales
Les amygdales,
Gérard Lefort,
Ed. de L'Olivier, 2015


Mot de l'éditeur :
"Aux aguets perpétuels, je suis tout ce que je vois et pas seulement les autres lorsque l'oreille plaquée au tronc d'un arbre par grand vent, j'entends ses craquements, des gémissements, des douleurs, preuve qu'il souffre comme n'importe qui." Dans l'immense demeure pleine d'enfants et de domestiques, la mère jette l'argent par les fenêtres et le père ferme les yeux. Elle est fantasque, il est insomniaque. Rien n'échappe au narrateur, le benjamin de leurs fils, qui allie des capacités d'observation exceptionnelles à une imagination puissante. Armé de ces talents, il passe tout au crible de ses visions : scènes de la vie familiale, moments d'amitié, admirations cinématographiques, souvenirs d'une scolarité houleuse, rêves d'aventure et tendances anarchistes. Les tableaux vivants qui en résultent nous plongent tour à tour dans l'intime et le sauvage, dans l'histoire et les désordres de l'humanité, et contribuent à construire un roman d'apprentissage foisonnant. Les lecteurs de Gérard Lefort retrouveront avec bonheur son style si personnel, très littéraire, son humour et sa profondeur. Et son extraordinaire sens de l'image : tout est plus intense, comme au cinéma. 


Ma lecture :
Cela faisait quelques petites semaines que cette couverture me passait régulièrement sous le nez car Gérard Lefort passait en dédicace dans ma librairie habituelle, mais je n'étais pas tentée, peut-être à cause du titre qui faisait ressurgir de douloureux souvenirs de gorge douloureuse. Je ne sais pas. Mais les Editions de l'Olivier m'a bousculée en m'envoyant ce roman. Je me suis donc forcée pendant les 10, 15 premières pages, surprise par le style. Puis, ce style justement, n'a cessé de me ravir tout au long des chapitres, tout au long des pérégrinations de l'auteur dans ses souvenirs d'enfance. Il raconte ses frères, sa sœur au prénom à la noix, l'inauguration de la piscine de sa fantasque de mère, ses vacances estivales à Ker Afrique, les domestiques, son épopée avec Marie-Antoinette, son opération des amygdales (nous y voilà !), son naufrage sur le Titanic, ses premiers émois de lecteur, sa scolarité. Le narrateur se perd entre réalité, imagination, rêve, ...
Modiano aime, pour notre plus grand plaisir, déambuler dans les rues de Paris, un vieil annuaire sous le nez ; Gérard Lefort, lui, déambule dans son enfance où la puissance de l'imagination demeure seule, maître.
Je remercie vivement les éditions de L'Olivier pour cette fabuleuse découverte qui a vraiment failli me passer sous le nez ! J'ai passé un délicieux moment avec ce roman, j'en éprouve un sérieux coup de coeur. Merci, merci !

dimanche 8 novembre 2015

Meg & Mog

Meg & Mog
Meg & Mog,
Nicoll et Pienkowski,
Ed. Ted Smart, 1972, 1995
(édition française : Gallimard, 2014)


Mot de l'éditeur :
Meg la sorcière et son chat à rayures Mog vont à une fête avec leurs amies sorcières Bess, Jess, Tess et Cress. Chacune d'elles a apporté un ingrédient à mettre dans le chaudron... mais leur potion magique explose dans un grand bruit ! Bess, Jess, Tess et Cress, transformées en souris, sont poursuivies par Mog.Meg espère les retransformer l'année prochaine en sorcières ! 

Dealer : Cadeau, merci d'ailleurs Manu pour la découverte !

Ma lecture :
A découvrir pour Halloween, une série d'albums jeunesse : Meg & Mog, l'histoire d'une sorcière et de son chat auxquels il arrive d'amusantes aventures.
Dessins et textes simples.
Je possède quelques numéros en anglais, et le texte est accessible au conteur et...au contés ! Cette série est peu connue, et méritait bien un petit article !




Suivantes Précédentes Accueil