mercredi 29 avril 2009

La nostalgie de l'ange




La nostalgie de l'ange,

Alice Sebold,
Editions du Nil, 2003




Mot de l'éditeur :
Susie est au paradis.
Elle vient d'être violée et assassinée. Or, son aventure ne fait que commencer. Depuis le Ciel, elle observe avec tendresse et ironie ceux qui restent et se déchirent autour de sa mort : son meurtrier et le policier chargé de l'enquête, sa mère qui fuit au loin ou son père anéanti, sa sœur chérie qui découvre l'amour ou encore l'adolescent avec qui Susie n'a pu qu'échanger un premier baiser...

Avec la sérénité d'un ange mais la nostalgie d'une enfant morte trop jeune, elle égrène son histoire de douleur et d'espoir d'une voix à la fois naïve et omnisciente. L'intensité de ses mots est celle d'un être privé de chair qui vit à travers d'autres ce qui lui est désormais interdit : le chagrin, la rage, la passion, le désir et le plaisir, et, enfin, l'amour absolu.

[…] Qualifié de " livre de la décennie ", acclamé par toute la critique, en tête des listes des meilleures ventes depuis sa parution, il est le livre phénomène de l'année aux États-Unis.

J'ai lu ce livre l'année de sa sortie, il y a plus de cinq ans. Mais j'y repense souvent, tant il m'a marqué.

Le concept peut refroidir : le narrateur est Susie, une jeune adolescente assassinée. De là-haut, elle observe la vie sans elle, comment ses proches abordent sa mort, elle raconte ses souvenirs sur Terre, la raison de sa mort.

Un roman saisissant, d'une force incroyable.

A conseiller sans faute !


vendredi 24 avril 2009

Le journal d'un remplaçant


Le journal d'un remplaçant
,
Martin Vidberg,
Ed. Delcourt



L'avis de la Fnac :
Le journal de bord d’un instituteur remplaçant que l’on suit au gré de ses affectations pendant une année scolaire.
Directement inspiré de sa propre expérience, ce jeune enseignant se retrouve confronté à des situations auxquelles il n’a pas été formé, auprès d’élèves en grande difficulté.
C’est donc une réflexion sur le monde de l’éducation et l'on suit avec intérêt l’évolution de ces enfants plus ou moins écorchés par la vie. L’auteur nous les montre tel qu’ils sont, avec leurs qualités et leurs défauts, et réussit le tour de force, servi par un dessin original, de nous faire rire ou sourire tout en parlant de sujets comme la violence et l’échec en milieu scolaire.
C’est une histoire très humaine, avec ses moments de doute, d’espoir, pleine de vie.







Petite BD sur la condition de remplaçant d'une jeune professeur des écoles...tout juste sorti de l'école. Il y raconte ses attentes, ses doutes, ses désillusions, ...
Les dessins sont minimalistes, ce que, a priori, je n'aime pas trop, mais ici, ça passe très bien. C'est écrit sous forme de journal, ce qui donne un côté intime, mais la simplicité du dessin rend les personnages relativement universels.
J'ai vraiment bien aimé. A conseiller aux jeunes profs d'abord, mais aiussi à tous ! :)

mercredi 22 avril 2009

Des vents contraires

Des vents contraires,
Olivier Adam,
Ed. de l'Olivier, 2009


Mot de l'éditeur :
Portrait d’un homme en père de famille décomposée.« Depuis son départ, Sarah était pour tout le monde un sujet tabou, et les raisons, les circonstances de sa disparition un territoire interdit. »Paul Anderen vit seul avec ses deux enfants, Manon et Clément, depuis un an, depuis que Sarah, leur mère, a mystérieusement disparu sans leur donner le moindre signe de vie. Le roman s’ouvre sur un déménagement. Renonçant à habiter plus longtemps leur maison en banlieue parisienne, symbole d’une vie de famille autrefois vivante et unie, Paul part, avec ses deux enfants, pour la Bretagne, sa terre natale. C’est là, près de la mer, qu’il espère donner un second souffle à sa vie.Devenu moniteur dans l’auto-école familiale reprise par son frère, il est le passager privilégié des vies d’Elise, Justine, Bréhel, des élèves avec lesquels il se lie. D’autres rencontres suivront, avec le « Grand » par exemple, avec Combe, des personnages banalement extraordinaires, comme le sont si souvent ceux d’Olivier Adam, et qui aident Paul à réinventer un quotidien, imaginer le meilleur et essayer d’y croire, malgré l’absence mordante de Sarah.Avec ce livre lumineux, aux paysages balayés par les vents océaniques, il s’impose avec une évidence tranquille. L’indignation et la colère de son livre précédent font place à des sentiments moins violents, mais aussi intenses.« Olivier Adam incarne au plus juste le talent d’une littérature française sûre de ses moyens, affranchie des grandes ombres qui intimident.»


L'Olivier-Adam nouveau est arrivé...et lu !
C'est toujours un réel plaisir pour moid e lire cet auteur. Il joue avec un de ses thèmes de prédilection : l'absence. Mais cette-fois, c'est une épouse, une mère, qui disparaît. Son mari et des deux enfants quittent alors Paris pour se reconstruire autour de cette absence. L'histoire a pour cadre St-Malo, ville chère à Olivier Adam.
Un très beau roman une fois de plus. A conseiller vivement !

lundi 20 avril 2009

Hopital souterrain

Hôpital souterrain,
Hervé Jaouen,
Ed. Denoël, 1990



Mot de l'éditeur :
Une petite fille, Angeline, a disparu lors d'une visite avec ses parents du fameux hôpital souterrain construit par les prisonniers russes à Jersey pendant la Seconde Guerre mondiale.
Mais Jersey n'est pas qu'un symbole de la hantise de Hitler d'un débarquement anglais sur l'île ; Jersey fut aussi terre de sorcières - des familles entières ont même émigré à Salem au XVIIe siècle. Et si l'on ajoute que le père et la mère de l'enfant ne s'entendaient pas, que la mère retourne en France alors que le père reste sur place pour participer aux recherches, on voit que l'accident ou l'enlèvement d'Angeline peut être facilement, et dangereusement, inclus dans la catégorie des maléfices.
 - Hervé Jaouen, Breton et auteur de romans noirs, nous livre avec Hôpital souterrain son roman le plus émouvant.






J'ai lu ce roman il y a quelques années mais j'en garde un souvenir succulent. L'histoire se passe à Jersey, cette petite île anglo-normande, accessible depuis St-Malo, que j'aime beaucoup (j'ai même visité ce fameux hôpital après ma lecture).
A Jersey donc, une petite fille disparait lors d'une visite de l'hôpital souterrain. Son père remue ciel et terre pour la retrouver tandis que la mère rentre en France, visiblement peu secouée par le drame. Ce thriller nous mènera au coeur de l'hôpital et de ses mystères, mais aussi au plus profond de l'être humain.
Un beau roman écrit par un Breton (cocoricoo !). Je n'ai pas pour habitude de relire des livres, mais celui-ci me redonne l'eau à la bouche, rien que d'en parler !



Ci-dessous, voici les photos de ma visite de ce fameux hôpital...

vendredi 17 avril 2009

Histoires inédites du Petit Nicolas #2



Histoires inédites du Petit Nicolas
,
Goscinny & Sempé,
Ed. de Noyelles, 2006


Mot de l'éditeur :
Ce deuxième volume publié par IMAV éditions contient 45 nouvelles aventures du plus célèbre de nos écoliers. Ces textes de Goscinny agrémentés d’environ 120 dessins de Sempé sont publiés pour la première fois en livre. On y retrouve l’humour, la tendresse et cet extraordinaire « langage d’enfant » que Goscinny a inventé pour Nicolas et ses copains.
La chouette bande de copains est de retour ; Agnan, Alceste, Clotaire, Eudes, Geoffroy… Tous répondent présents à l’appel, y compris le célèbre surveillant surnommé Le Bouillon. Et il s’en passe aussi de belles à la maison ; plus que jamais papa perd son calme tantôt face à sa belle-mère, Mémé (redoutable sans jamais en avoir l’air) tantôt face à l’inénarrable M. Blédurt, l’envahissant voisin (qui aime bien taquiner papa).
De nouveaux personnages font également leur apparition : tandis que M. Louis et M. Marcel, deux sympathiques coiffeurs frisent la crise de nerf, M. Mohammed et M. Pastucci, des ouvriers, sont quelque peu malmenés par les enfants dans la cour de récréation. Et puis, il y a Madame Laflamme, amie des parents de Nicolas qui cause de quelques grincements de dents et une indigestion le temps d’une soirée agitée à la maison.

" - Hé, Alceste ! Regarde ! Il neige ! j'ai soufflé à Alceste, qui a prévenu Maixent, qui a fait des signes à Joachim, qui a donné un coup de coude à Geoffroy, qui a prévenu Eudes, qui a réveillé Clotaire, qui s'est levé pour aller au tableau parce qu'il croyait qu'on l'interrogeait ".

" - Je lui ai demandé à Clotaire comment ça se faisait qu'il y ait un porte-bagages sur son vélo de courses et il m'a répondu que, justement, c'est pour ça que c'était un vélo de courses, le porte-bagages lui servait à faire des courses pour sa maman ".



Quel régal de relire les aventures du Petit Nicolas ! C'est toujours le même plaisir : ces prénoms passés de mode, les disputes entre copains, les réprimandes du Bouillon, la mauvaise foi du père de Nicolas et du voisin Blédurt, ...
Presque cinquante plus le tard, le charme est loin d'être rompu !
Le troisième tome m'attend sur mon étagère, et une adaptation ciné pointe le bout de son nez ! J'en salive déjà !
Chic, chic !

lundi 13 avril 2009

Cathy's Book

Cathy's Book,
Stewart / Weisman / Brigg
Ed. BayaJd jeunesse, 2008


Mot de l'éditeur :
Ça ne va pas fort dans la vie de Cathy depuis quelques temps : son père est décédé brutalement, la laissant seule avec sa mère dans un profond désarroi. Ses résultats au lycée s’en ressentent, elle a complètement décroché, au grand dam de sa meilleure amie Emma qui ne cesse de l’encourager, en vain. Et puis elle vient de se faire plaquer par son petit ami Victor, un Chinois d’une vingtaine d’années auréolé d’un certain mystère ; elle décide de raconter leur brève idylle dans son journal intime. Cette rupture ne serait pas la fin du monde, si elle n’avait retrouvé, au lendemain de sa dernière soirée avec Victor, une trace de piqûre au creux de son coude… Victor a-t-il quelque chose à voir avec ça ? Il n’en faut pas plus pour qu’elle décide de fouiner dans la vie de cet homme dont elle ne sait presque rien. Sous prétexte d’exiger des explications, elle s’introduit dans sa somptueuse maison en son absence, mais elle découvre que quelqu’un l’a devancée : le bureau de Victor est sens dessus dessous ! Elle comprend vite que Victor, qui prétendait vivre chez son oncle, est en réalité le propriétaire de cette magnifique demeure, et qu’il est immensément riche. Elle trouve également une photo de lui en compagnie d’une jeune femme et d’une fillette, prouvant qu’il a été marié. Ces découvertes lui donnent la désagréable impression que Victor, malgré son jeune âge, a beaucoup vécu avant de la connaître, et qu’il l’a probablement quittée pour Carla Beckham, une collègue de bureau plus « mûre » qu’elle, et dont le nom est mentionné à plusieurs reprises sur les pages de son agenda. Craignant d’être prise pour le véritable cambrioleur, elle efface rapidement ses empreintes et s’enfuit en emportant l’agenda de Victor et la fameuse photographie de famille. Grâce à l’agenda, Cathy sait où trouver Victor et se rend sur le lieu de son rendez-vous du lendemain, dans le Chinatown de San Francisco. Victor est fâché, et il lui conseille de ne pas chercher à le revoir si elle tient à sa vie. Il lui réclame aussi une amulette, qu’il la soupçonne de lui avoir subtilisée la veille, ce dont Cathy se défend. Au même moment, Cathy reçoit un coup de fil d’Emma, sa meilleure amie et confidente, que Cathy a tenue au courant de ses pérégrinations. Tandis qu’Emma lui apprend que Carla Beckman a été retrouvée morte, assassinée, Victor en profite pour filer…



J'ai lu ce roman par son originalité. Il a vraiment l'aspect d'un journal intime avec, mêlés au texte, des dessins, des anotations manuscrites, ... Cela rend tout de suite le livre et l'histoire plus attrayants. Il y a même une pochette contenants divers objets dont on parle dans le livre (photo déchirée, menu de restaurant, serviette en papier, ...)
L'histoire quant à elle est celle d'une ado, Cathy, qui, avec ou sans l'aide de sa meilleure amie Emma, enquête sur la vie de son petit ami qui vient de la quitter sans raison apparente. Elle va alors découvrir des choses incroyables ! Le style du journal intime nous amène à enquêter avec elle.
Ce qui est dommage, c'est que la pochette d'accessoires n'est pas de bien grande utilité, ni même le numéro de téléphone qu'on peut appler (gratuitement !). Je pensais que ça rendrait le roman plus interactif, mais...non. Pourtant l'idée était bonne ! A retravailler donc !
Un bon roman pour ados en tout cas. Il faudrait étoffer cet aspect d'interactivité qui m'avait séduite au départ.

vendredi 10 avril 2009

No et moi

No et moi,
Delphine de Vigan,
Ed. Lattès, 2007


Mot de l'éditeur :
Lou Bertignac a 13 ans, un QI de 160 et des questions plein la tête. Les yeux grand ouverts, elle observe les gens, collectionne les mots, se livre à des expériences domestiques et dévore les encyclopédies.
Enfant unique d’une famille en déséquilibre, entre une mère brisée et un père champion de la bonne humeur feinte, dans l’obscurité d’un appartement dont les rideaux restent tirés, Lou invente des théories pour apprivoiser le monde.
A la gare d’Austerlitz, elle rencontre No, une jeune fille SDF à peine plus âgée qu’elle.
No, son visage fatigué, ses vêtements sales, son silence.  No, privée d’amour, rebelle, sauvage.
No dont l’errance et la solitude questionnent le monde.
Des hommes et des femmes dorment dans la rue, font la queue pour un repas chaud, marchent pour ne pas mourir de froid. « Les choses sont ce qu’elles sont ». Voilà ce dont il faudrait se contenter pour expliquer la violence qui nous entoure. Ce qu’il faudrait admettre. Mais Lou voudrait que les choses soient autrement. Que la terre change de sens, que la réalité ressemble aux affiches du métro, que chacun trouve sa place. Alors elle décide de sauver No, de lui donner un toit, une famille, se lance dans une expérience de grande envergure menée contre le destin. Envers et contre tous.



J'ai lu ce roman, No et moi, pour en faire la critique pour le
LivreDePoche.
Lou Bertignac, élève surdouée de Seconde, croise un jour l'âme vagabonde de No, jeune SDF. A partir de ce moment là, leurs vies vont changer. Dans la famille Bertignac d'abord, Lou, jusqu'à présent toujours perdue dans ses pensées, à calculer des détails va ouvrir les yeux sur le monde et y chercher une place. Sa mère à son tour, va sortir de son coma mental dans lequel elle est plongée depuis la mort de son bébé. Et surtout No, qui va réapprendre à vivre loin des recoins de la rue. On la suit dans son évolution, on a envie qu'elle s'en sorte, même si on la sent toujours sur le fil...
Et puis il ya cette histoire d'amour naissant entre Lou la surdouée et Lucas le cancre...
Un roman d'apprentissage, donc, riche en émotions, qui mène les personnages au plus profond d'eux-mêmes. Très actuel, ce roman m'a beaucoup touché.
A conseiller sans nul doute !

mercredi 8 avril 2009

Anna Sam se livre...


Bonjour Anna Sam et merci de m’accorder un peu de ton temps.
« Libérée » des caisses il y a plus d’un an, te voilà dehors à parler de ton métier et à défendre ses causes. Ton parcours, similaire au mien m’a beaucoup touchée au moment où je vivais une grande frustration de ne pas exercer le métier pour lequel je suis faite : bibliothécaire.
Bonjour Liza,
Par expérience, je sais que nous sommes bien nombreux à devoir revoir nos avenirs sur le court et moyen terme, mais j'espère encore que sur le long terme nous parvenons à toucher nos rêves du bout des doigts avant de l'attraper à pleines mains.


- Ton livre « Tribulations d’une caissière » a obtenu un certain succès. Comment expliques-tu cela ? Et que te disent les hôtesses de caisse que tu es amenée à rencontrer ?
Ce succès est complètement fou... Je n'aurais jamais osé seulement y croire ("juste" y rêver...) il y a un peu plus d'un an. Mais quand j'ai commencé à écrire sur mon blog en 2007, je m'étais lancé ce défi de changer le regard de quelques personnes sur ce métier que je voulais défendre et revaloriser. Je me dis que j'ai ouvert une porte, maintenant il faut qu'on avance de quelques pas...
La plupart des hôtesses de caisse que je rencontre me disent qu'elles se reconnaissent dans les histoires que je raconte, j'entends souvent "j'ai l'impression d'être derrière ma caisse quand je lis ton livre" ou encore "j'avais l'impression d'avoir écrit tes histoires". Ce qui ressort de nos conversations c'est que de nombreuses caissières ont pu rire de situations pas toujours faciles à vivre au quotidien et ça, c'est déjà pas mal ;o)


- Te voilà plongée au plus près dans le monde des livres. Ecriture, édition, rencontres, salons, …
Un an après le début de cette belle aventure, comment ressens-tu les choses ?
Tu t'imagines bien que ma vie a pas mal changé... Quand j'avais quitté mon emploi derrière la caisse, je m'enfonçais vers un grand inconnu et je ne savais pas du tout vers quoi j'allais me destiner comme métier. Le hasard de la vie m'a ouvert une nouvelle voie et m'a offert de
1/ montrer le pouvoir de l'écrit
2/ de me faire vivre grâce à mes textes
3/ de défendre mon métier, de porter la parole de toute une corporation et de dire tout haut ce que de nombreuses pensent tout bas

Et aujourd'hui, je continue de rêver et j'espère continuer de rêver encore longtemps...

- Quel est l’avenir des Tribulations ? Ne parle-t-on pas d’une BD à paraître ?
Les Tribulations a déjà connu un très beau succès en France, mais il continue sa vie à l'étranger. Au jour d'aujourd'hui, il est traduit (si ce n'est pas encore publié, c'est pour bientôt...) en 12 langues (les 2 gros succès pour le moment sont l'Allemagne et l'Italie, les retours que j'ai eu des caissières de ces pays sont très proches de ceux que j'ai eu en France... le métier est le même partout).
Autrement, côté adaptation, il y a effectivement une bande dessinée qui va sortir dans quelques semaines. Pour le titre, il est facile à retenir, c'est le même que le livre. C'est une très belle adaptation qui permet de partir un peu plus loin en caricature mais qui garde toujours ce côté humoristique, touchant et laisse la part belle à quelques questions... Au scénario : Wolf, au dessin : Julien & Mathieu Akita.
J'ai pu voir toute la progression depuis le début du projet (oui... j'ai déjà tout lu), j'ai beaucoup ri, j'ai beaucoup aimé les libertés qu'on pris les auteurs et j'espère que cet album vous plaira aussi.
Au fait, mon livre sort en poche (éditions Livre de Poche) début mai


- Anna Sam écrivain… A quand la suite ? Et quels seront les thèmes de ce nouveau livre ?
Ecrivain... j'avoue ne pas vraiment me sentir écrivain, je ne manie pas le langage littéraire comme le font les "grands". Disons que pour moi, je me sens auteur qui tente de faire passer quelques messages.
Pour la suite, ce sera pour début juin. Mon prochain ouvrage (que je ne peux pas appeler roman ou étude ou guide, encore moins essai... disons : récit) traitera toujours de nos comportements dans le commerce. Ceci dit, dans "les tribulations" j'ai relaté les faits côté caisse et j'ai mis en avant tout ce qu'on observe de l'intérieur. Ce coup-ci, j'ai pris le contre-pied et je relate les faits côté client, un peu à la manière d'un journal... J'ai pu m'offrir le luxe de prendre plus de libertés et de décaler les situations, sans pour autant partir dans la caricature...

Le titre : "Conseils d'amie à la clientèle"


- As-tu entendu parler du livre similaire au tien de Leslie Plée ? Qu’en penses-tu ?
Oui, j'en ai beaucoup entendu parler, je connaissais son blog mais je n'ai pas encore lu sa BD. Leslie montre une autre partie du commerce et parle plus de l'interne.
Cela reflète une chose importante c'est qu'aujourd'hui, beaucoup de personnes parlent de leur métier et veulent partager leurs expériences et leurs ressenti.
Je trouve ça formidable car c'est en communiquant qu'on pourra améliorer notre avenir professionnel.


- Enfin, et puisque nous sommes liées au livre, que lis-tu en ce moment (je sais que tu lis plusieurs livres en même temps !) et quels sont tes coups de cœur à conseiller aux lecteurs ?
Oui, c'est vrai que j'ai toujours plusieurs bouquins en cours (j'aime choisir selon mon temps disponible, ma sensibilité du jour, si je suis chez moi ou en déplacement...). En ce moment, je lis :
- Darling de Jean Teulé - un curieux bouquin que je décrirai comme cruellement cru, crument cruel et d'une rare sensibilité (tout un programme !)
- Ténèbres prenez moi la main de Denis Lehane - une enquête qui tombe dans des limbes inextricables... Pas le meilleur livre de l'auteur (Shutter Island est exceptionnel - pour moi en tout cas) mais, ça se lit...
- Dis oui Ninon de Maud Lethielleux - le genre de livre qui fait du bien et qui vous fait voyager (dans tous les sens du terme)...


Côté BD (indissociable pour moi quand on parle de livres!), je viens de lire "Jolies Ténèbres" de Velhman et Kerascoet, un bouquin dérangeant, tendre, dur, rempli d'émotions... Bref un de ces livres qui ne laisse pas indifférent. Une lecture à tenter mais déconseillée aux plus jeunes (ne vous laissez pas influencer par le graphisme !)

Bonnes lectures :-)



Je te remercie, Anna, d'avoir joué le jeu et d'avoir répondu à ces questions.
Personnellement, j'attends la sortie des Tribulations en BD avec impatience !
Je te souhaite, pour la suite, de nombreuses pages d'écriture ! :)

mardi 7 avril 2009

Tout est sous controle


Tout est sous contrôle,
Hugh Laurie,
Ed. Sonatine, 2009



Mot de l'éditeur :
On peut avoir un caractère de chien, un sens de la répartie assassin, mais rester, même malgré soi, un mec bien.
Hugh Laurie, formidable interprète du Dr. House, a largement su le prouver sur le petit écran, il récidive avec ce thriller palpitant dont le héros, Thomas Lang est un ancien militaire d'élite qui, hormis sa Kawasaki ZZR1100, n'a pas grand chose à perdre. Aussi, lorsqu'on lui propose 100 000 dollars pour tuer Mr. Woolf, un riche homme d'affaire londonien, Thomas ne se contente pas de refuser poliment, mais pousse l'indécence jusqu'à essayer de prévenir la future victime du complot qui se trame contre lui. Une bonne intention ? L'enfer en est pavé. On retrouve dans ce thriller aussi prenant qu'un livre de Robert Ludlum, aussi décapant qu'un épisode de Dr. House, le mauvais esprit salvateur de Hugh Laurie, au service d'une intrigue passionnante et d'un personnage qu'on n'oubliera pas de sitôt.










Paru il y a près de 12 ans outre-Manche, ce thriller sort en France à l'apogée de la série Dr House. Normal puisque c'est Hugh Laurie qui incarne ce drôle de docteur.
J'ai tanné Claire pour qu'elle me le prête, avec de grandes impatience et attente de lecture.
Mais, au bout de quelques pages, une réelle déception s'installe. Oui, c'est avec plaisir que je retrouve le style du personnage de House, que je l'entends dans certains dialogues, ... mais cela ne va pas plus loin, malheureusement. Pourtant c'est un polar au ton humoristique à l'anglaise, mais le charme n'a pas opéré....
Je suis déçue d'être déçue, c'est vous dire !


jeudi 2 avril 2009

Moi vivant, vous n'aurez jamais de pauses

Moi vivant, vous n'aurez jamais de pauses
(ou comment j'ai cru devenir libraire)

Leslie Plée,
Ed. Gawsewitch, 2009


L'avis d'Alapage :
Comment raconter son expérience de libraire en grande surface ? Leslie Plée s'est servie de son blog et de ses dessins pour dépeindre le décor où les chefs décomplexés comparent les livres à des bouteilles de bières, où les clients ont des demandes toujours farfelues, il y a de quoi rire... jaune. Loin des clichés, elle nous offre une autre vision de la librairie, et de la culture en général. Elle évoque notamment la culture de masse, le livre devenu un produit marketing etc. Son expérience dans la grande distribution va la traumatiser et l'inspirer pour son blog http://vuedelaprovince.canalblog.com/. Repérée par Pénélope Bagieu, devenue directrice de la collection BD chez Jean-Claude Gawsewitch Editeur, Leslie Plée signe une bande dessinée dans la lignée de Ma vie est tout à fait fascinante, drôle et caustique.




J'ai lu dans un Ouest-France de ces dernières semaines un article consacré à cette jeune rennaise. Ex-employée d'une grande surface culturelle de la région rennaise, elle dénonce avaec humour ses conditions de travail.
On est plongé dans un quotidien pas toujours rose, des situations sont vraiment odieuses, mais tout cela est raconté avec légéreté. Elle dénonce son ancien magasin qui l'avait pourtant fait rêver du métier de libraire.
A conseiller aux frustrés de la grande distribution d'abord, et aux autres ensuite bien entendu !

Suivantes Précédentes Accueil